[Info Saillante Eglise Orthodoxe] Démarrage à Chambésy de la réunion préparatoire préconciliaire orthodoxe de février 2011 --- Reportage : « Chambésy, Un petit Phanar sur les bords du lac Léman ! »

Publié le: 21 Février 2011

 

 

Les étapes du travail pan orthodoxe et le lancement du Concile Pan Orthodoxe

 

C’est à l’initiative de Sa Sainteté le Patriarche Athénagoras 1er (+ 1886-1972) -qui fut patriarche du Trône de la Grande Eglise de Constantinople du 1er novembre 1948 au 7 juillet 1972- que la dynamique de travail pan orthodoxe et la préparation du Saint et Grand Concile Pan Orthodoxe avaient été lancées au début des années 60 du siècle dernier. Cette dynamique de travail pan orthodoxe a débuté par la tenue de plusieurs « conférences pan orthodoxes » à Rhodes en 1961 (du 24 septembre- au 1er octobre), puis en 1963 (du 26 au 29 septembre) et 1964 (du 1er au 5 novembre). La IVème Conférence Pan Orthodoxe (du 8 au 15 juin 1968) tenue pour la première fois à Chambésy, au nouveau Centre Orthodoxe que le Patriarcat Œcuménique venait de créer et qui a été inauguré par le Patriarche Athénagoras 1er, a été jugée comme une réunion « carrefour », par les participants et les observateurs en raison de son importance pour le lancement des rencontres préparatoires du prochain Saint et Grand Concile pan orthodoxe. Olivier Clément résume ainsi la solennité du moment dans son livre d’entretien avec le Patriarche Athénagoras (« Dialogues avec le Patriarche Athénagoras, Edition FAYARD) : « La ‘commission inter orthodoxe’ que le patriarche œcuménique, à la demande de tous ses membres, a proclamée « quatrième conférence panorthodoxe », s’est réunie à Chambésy, près de Genève, du 8 au 15 juin 1968. Elle avait été proposée par Athénagoras 1er aux chefs des Eglises sœurs par une encyclique du 17 février précédent, qui précisait qu’elle aurait pour objet la préparation en directe d’un grand concile de l’Orthodoxie, et l’examen des problèmes œcuméniques ». Un des participants aux travaux de cette IVème rencontre pan orthodoxe, le professeur de dogmatique et de théologie liturgique Panagiotis N. Trembelas, que cite Olivier Clément dans son livre « Dialogues avec le Patriarche Athénagoras » (page 577), résuma l’importance de cette rencontre et ses retobées sur la dynamique de rapprochement et de coopération des Eglises orthodoxes : « J’ai pris part à toutes les conférences panorthodoxes, déclara la professeur Trembelas, et je peux dire : grâce à Dieu que nous avons beaucoup avancé. A la première conférence, il y avait une pénible atmosphère de méfiance réciproque. C’était dû, je pense, à ce que nous ne nous connaissions pas. Aujourd’hui règne entre nous une atmosphère fraternelle d’amour réciproque. C’est là une magnifique acquisition, de nos conférences panorthodoxes ». Et il conclut en citant l’exclamation liturgique qui, dans chaque célébration eucharistique, accompagne le baiser de paix : « Aimons nous les uns les autres afin que dans l’unité d’esprit nous confessions la Trinité consubstantielle ».

 

Le « pourquoi » du choix de Chambésy par le Patriarche Athénagoras 1er ?

 

 

Olivier Clément poursuit son commentaire sur Chambésy (Dialogues avec le Patriarche Athénagoras, Edition FAYARD, page 572) et explique le « pourquoi » du choix de Chambésy comme lieu où la diaconie d’unité qu’exerce le Patriarcat Œcuménique au sein du plérôme des Eglises orthodoxes autocéphales pouvait se déployer en complément du siège historique du Patriarcat au Phanar (Istanbul, Turquie). « Après quelques tâtonnements, le lieu de rencontre fut fixé à Genève où le patriarcat œcuménique dispose, à dix kilomètres de la ville, à Chambésy, d’un « Centre orthodoxe » qu’Athénagoras 1er a inauguré en novembre 1967, lors de son voyage en Occident. Sur une hauteur d’où la vue s’étend sur Genève, c’est une ample maison de deux étages, entourée d’un jardin où l’on a construit une église. Ce « centre orthodoxe du patriarcat œcuménique » abrite des réunions, des congrès, des conférences. Le patriarche ne pouvant agir en Turquie que dans le cadre national, s’est donné ainsi un local où ses activités panorthodoxes puissent trouver place. L’avantage de Genève est double : c’est un « territoire neutre », hors des limites de toute Eglise nationale, ce qui manifeste clairement la vocation d’œcuménicité orthodoxe du patriarcat ; d’autre part, toutes les Eglises sœurs ont déjà des représentants à Genève où siège le Conseil œcuménique des Eglises et cela facilite, le cas échéant, une consultation panorthodoxe. Athénagoras 1er avait d’abord pensé à Vienne, bien placée géographiquement, et pour laquelle il nourrit une affection secrète ; il comptait se rendre dans cette ville à la fin de son voyage en Occident, mais il annula sa visite sur une demande discrète du gouvernement turc : le patriarche était invité par le gouvernement autrichien, alors que ses activités, d’après la loi turque, doivent rester purement religieuse ».

(photo ci-contre, église Saint Paul, Chambésy, demi coupole, sanctuaire)

 

« Chambésy, Un petit Phanar sur les bords du lac Léman ! »

 

Nous avons eu l’occasion ces derniers jours de vivre ce qu’Olivier Clément raconte sur la relation entre Chambésy et la « vocation d’œcuménicité orthodoxe du patriarcat ». Poussant les frontières de nos vacances de neige annuelles à la Chapelle d’Abondance (Haute Savoie), à une heure de route de Genève, nous avons traversé par un temps mi brume, mi soleil, la frontière entre la France et la Suisse samedi dernier en visitant le petit port français médiéval d’Yvoir sur le célèbre lac Léman, et en longeant les belles rives franco-suisses de ce lac qui, dans son immensité, constitue une sorte de mer intérieure entre la France et la Suisse.

 

 

Notre objectif était de venir saluer le métropolite Jérémie (photo ci-contre), évêque titulaire de l’Archevêché de Suisse du Patriarcat Œcuménique, et de dire notre amitié et notre affection à cet épiscope qui a longtemps servie la France à la suite du métropolite Mélétios, métropole que sert aujourd’hui le métropolite Emmanuel, président de notre Assemblée. Nous avons eu l’occasion de participer à la divine liturgie à l’église grecque Saint Paul construite comme église patriarcale dans l’enceinte du « centre orthodoxe du patriarcat œcuménique » à Chambésy. Liturgie très bien chantée selon un chronos rapide bien apprécié, par une petite chorale dirigée par le Père Georges Tsetsis connu, avec le métropolite Jérémie, d’avoir été un des brillants psaltis de sa promotion au fameux institut de théologie de Chalki en Turquie. Présidait au Trône, le métropolite Basile, un évêque de l’Eglise de Chypre qui longtemps a servi l’église Saint Paul à Genève en tant que prêtre et qui préside aujourd’hui comme coordinateur orthodoxe la commission Foi et Constitution du Conseil Œcuménique des Eglises.

 

 

 

 

 

Au sanctuaire où j’ai pris la bénédiction du métropolite Jérémie de Suisse, se trouvaient également plusieurs hiérarques orthodoxes dont le primat de l’Eglise d’Albanie, Mgr Athanasios, avec lequel j’ai eu l’occasion, au café, d’échanger sur l’importance de la communication d’Eglise. Mgr Athanasios (photo ci-contre), qui a entrepris un véritable travail de mission en Albanie et de résurrection de son Eglise, s’est montré très enthousiaste sur les questions de communication d’Eglise, invitant vivement l’AEOF à échanger avec les responsables médias de l’Eglise orthodoxe d’Albanie, pour échanger et coopérer ensemble sur cette question liée au témoignage de l’Eglise orthodoxe en Europe.

 

 

 

 

 

 

 

« Chambésy, Un petit Phanar sur les bords du lac Léman ! ».  En effet, on le sent dans l’atmosphère des échanges et des rencontres qu’on peut faire dans ce lieu qui respire l’unité orthodoxe dans la diversité de ses expressions. En effet, plusieurs métropolites, évêques, clercs et laïcs des Eglises orthodoxes se croisent régulièrement dans cette enceinte. A la liturgie d’hier, ont pris part en effet plusieurs évêques et prêtres qui étaient présents à Genève pour la réunion du Comité central du Conseil Œcuménique des Eglises.

 

 

 

 

 

 

 

 

Se trouvait là également le métropolite Jean de Pergame (photo ci-contre) qui préside la rencontre réunion préparatoire préconciliaire orthodoxe qui démarre ce lundi 21 février 2011. Au café, après la liturgie, là se mêlaient les paroissiens de la communauté grecque, ceux de la paroisse francophone de la crypte de l’église Saint Paul, des hiérarques orthodoxes et plusieurs membres orthodoxes du Comité Central du Conseil Œcuménique, Alexandre Belepopsky,  ancien membre du Conseil Oecuménique des Eglises, Michel Nseir, actuellement Chargé du programme pour le Moyen. Orient audit Conseil ainsi que Christine Chaillot, secrétaire et fondatrice de l'Association Dialogue entre Chrétiens Orthodoxes et chrétiens Orientaux.

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

 

Sur le Centre orthodoxe du Patriarcat Œcuménique de Chambésy, la Chronologie des Rencontres Pan orthodoxes depuis le début des années 60 du siècle dernier, les textes et les sujets évoqués lors des Conférences pan orthodoxes et des réunions préconciliaires : http://www.centreorthodoxe.org/index.php?lang=fr&smenu=smenu5&nav=secretariat3

 

Eglise Saint Paul au Centre orthodoxe de Chambésy : http://www.religionenschweiz.ch/bauten/fr/saint-paul.html

A la Une

Nouvelles de l'Eglise orthodoxe en France

2016-07-15:     Communiqué - Attentat de Nice - PDF     « Tu es, en effet, Seigneur, le secours des sans-secours, l’espérance des...

2016-05-03:   La 36ème de l’Orthodoxie Ici et Maintenant diffusée ce soir à 19h40 sur KTO TV - Après le traditionnel JOURNAL DE L’ORTHODOXIE, Carol SABA...

Communiqués AEOF

Nouvelles des Evêques Orthodoxes de France

2010-12-23:         Paris le 22 décembre 2010 ---L'A.E.O.F a tenu sa réunion périodique le mardi 21 décembre 2010 au siège de...

Synaxaire

L'ICÔNE DES SAINTS DU JOUR

Calendrier Liturgique

Calendrier Orthodoxe 2012-2013