Pour le métropolite Emmanuel « même confinés, nous pouvons vivre la joie de Pâques ! », Entretien à La Croix du président de l'AEOF!

Publié le: 17 Avril 2020

 

Le métropolite grec-orthodoxe Emmanuel Adamakis du patriarcat œcuménique en France et président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France évoque la célébration particulière de la Pâque, dimanche 19 avril, en ce temps de confinement.

 

Propos Recueillis par Arnaud Bevilacqua, le 16/4/2020 à 04h16 LA CROIX

La Croix : Comment les fidèles orthodoxes s’apprêtent-ils à célébrer la Pâque, cette année, sans pouvoir se rassembler dans les églises ? 

Mgr Emmanuel : Cette année, la Pâque sera évidemment particulière. Dans le respect du confinement, chacun est appelé à la vivre à la maison de façon plus intérieure mais avec la même ferveur car nos cœurs, eux, ne sont pas confinés. Les croyants sont invités à suivre les offices, avec les textes liturgiques, retransmis en ligne – même si cela ne doit pas devenir une habitude lorsque les rassemblements seront à nouveau autorisés. Je célébrerai moi-même en la cathédrale Saint-Stéphane à Paris, les portes fermées. De même pour soutenir les fidèles, nous lirons le message de notre patriarche. Toute la semaine sainte nous prépare et nous annonce la Résurrection du Christ qui préfigure notre propre résurrection. Chaque jour porte un sens particulier. 

La résurrection du Christ n’est pas qu’une parole mais une annonce qui s’adresse à tous et qu’il faut vivre. Dans le contexte actuel, posons-nous la question de l’après confinement. L’épreuve que nous vivons aujourd’hui, mystérieusement permise par Dieu, peut, peut-être, nous faire comprendre – ou nous rappeler – que nous sommes humains avec nos limites, nos faiblesses. La vie n’est qu’un passage et nous devons, comme chrétiens, nous efforcer de ressembler au Christ. Cette épreuve doit nous permettre de comprendre que nous devons changer notre vie pour devenir plus solidaires, plus capables d’aimer notre prochain. 

Comment donner du sens à la joie de Pâques dans ce moment incertain et angoissant ? 

Mgr Emmanuel : Même confinés, nous pouvons vivre la joie de Pâques ! Ce qui nous est demandé, c’est de vivre un changement intérieur pour devenir meilleur, pour toujours mieux comprendre le sens de notre foi et chercher le but de notre vie qui est dans l’autre monde. Une conversion. Dans la tradition orthodoxe, nous parlons du sens de la métanoïa, du changement d’attitude, du repentir, pas seulement par l’acte de la confession mais pour vivre intérieurement ce passage de la mort à la vie. Il ne faudrait pas dire simplement dire qu’il est triste de ne pas pouvoir aller à l’église – et ça l’est car le mot même d’église signifie le rassemblement – mais reconnaître que cette année est particulière. Nous sommes appelés à suivre le Christ. Ce n’est évidemment pas la première fois que notre humanité traverse des moments difficiles. Cette pandémie est une occasion de nous faire réfléchir et de vivre notre foi plus en profondeur, de relire les textes de manière plus attentive, comme les hymnes que nous chantons. Tout ne s’arrête pas à la Croix, à l’épreuve, car il y a bien la résurrection qui nous libère. 

Sur quelles ressources s’appuyer pour rester fraternel durant cette période et envisager le monde d’après le confinement ? 

Mgr Emmanuel : Nous avons d’abord et en premier lieu la Bible, que nous devons continuer de lire, d’autant plus durant cette période. Dans notre tradition orthodoxe, nous possédons aussi les ressources du riche héritage patristique : des textes des pères de l’Église et des pères du désert qui ont vécu l’isolement et nous ont laissé de formidables écrits. Nous y apprenons notamment que chaque rencontre avec l’autre constitue une Pâque véritable. Chaque rencontre avec notre frère ou notre sœur qui éprouve le besoin de notre présence, c’est vraiment Pâques, car cela constitue une joie. 

Pâque ou Pâques ? 

Nous ne sommes pas étrangers les uns aux autres. Au contraire et nous le voyons avec une grande force en ce moment : nous sommes tous vulnérables, exposés au même ennemi invisible. Mais, les croyants, enracinés dans la foi, gardent l’espérance qui vient de la résurrection. Ce message, nous sommes appelés à le propager dans le monde entier : le Christ ressuscité est là, il ne nous abandonne pas mais demeure avec nous, toujours.

 

Recueilli par Arnaud Bevilacqua

A la Une

Nouvelles de l'Eglise orthodoxe en France

2020-06-17:   D’entrée de jeu, vous êtes séduits et pris au filet de cet ouvrage riche en couleur !   La première de couverture...

2020-04-17:   Le métropolite grec-orthodoxe Emmanuel Adamakis du patriarcat œcuménique en France et président de l’Assemblée des évêques...

Communiqués AEOF

Nouvelles des Evêques Orthodoxes de France

2010-12-23:         Paris le 22 décembre 2010 ---L'A.E.O.F a tenu sa réunion périodique le mardi 21 décembre 2010 au siège de...

Synaxaire

L'ICÔNE DES SAINTS DU JOUR

Calendrier Liturgique

Calendrier Orthodoxe 2012-2013