ZOOM SUR UN LIVRE – « Prendre soin de l'autre - Une vision chrétienne de la communication », du Père Christophe LEVALOIS, mai 2012, Orthodoxie, Cerf

Publié le: 14 Mai 2012

 

Eclairage triptyque : le titre, l’icône et le contenu !Un livre précieux à lire certainement et … pas que par les gens de la "Com" ! (Carol Saba)

 

Le Titre."Prendre soin de l'autre". Titre inspiré et inspirant ! D'emblée est signifiée, la dimension "relationnelle" de la communication chrétienne. Une communication qui se doit, pour qu’elle soit d’Eglise, d'être dans cette « attention », « relationnelle » et « personnelle », qui signifie avec intelligence et sollicitude et ouvre la voie à l'échange et au dialogue. Une attention-tension qui construit le signifiant et le signifié, à la fois. Une communication qui cherche constamment à « prendre soin de l’autre », ce qui fait élargir, personne après personne, les cercles de la communion. Une communication qui tranche, de ce fait, avec la communication du monde qui cherche à édifier des rapports de "force" et à installer des équations de domination ! La communion définit l’Eglise, la fonde et l’anime dans sa projection vers le monde. L’Etre de l’Eglise est dans la communion. C’est l’ecclésiologie de communion, cette attention à l’autre, une partie de moi-même, qui permet à l’Eglise de se révéler dans le monde comme chemin de vie qui rassemble, oriente et conduit vers l’Unique nécessaire. Sans cette ecclésiologie de communion, que toutes les sphères de l’Eglise doivent respirer à tous les niveaux, les rapports qu’on construit ici et , nous autres chrétiens, au sein de l’Eglise et dans le monde, seraient tout simplement des rapports de force, habillés de revêtements dits « chrétiens ». C’est cette ecclésiologie de communion qui fait de la communication chrétienne, une « communication d’Eglise » qui se distingue, ô bien comment, de la « communication du monde ». Elle ne l’est, en vérité, communication d’Eglise que si elle véhicule avec audace et intelligence la vérité de l’Eglise, que si elle s’adapte au monde pour l’adapter à ce schéma ecclésial de « communion », qui est à la fois l’objectif à atteindre et le chemin de fer qui nous y mène.

 

L'Icône de couverture. Deuxième élément qui attire l'attention ! Le choix iconologique de la couverture du livre me semble bien inspiré. Du moins, c’est la lecture personnelle que j’en fais. L’icône de Saint Jean l’Evangéliste, dans la grotte de l'Apocalypse à l'île de Patmos, dictant et transmettant la parole venant d’en haut, au diacre Prochore, un des 7 diacres de la première Eglise. Ce choix sonne comme une signature thématique du livre. Une signature thématique du sujet traité : la « transmission » ! Trois niveaux de transmission, et donc de « communication », se superposent dans la composition de l’icône. Saint Jean le Théologien, dit le théologien du silence, contemplatif, reçoit de l’au-delà la parole, l’assimile et la transmet en parole inspirée à son disciple. Ce dernier, en "scribe" intelligent, reprend, note et documente pour « retransmettre » à son tour. Il y a , la contemplation, la réception, la transmission et la retransmission. Le tout dans un rapport synergique qui respecte les personnes, acteurs de cette « échelle » de communication, ascendante et descendante, horizontale et verticale, alliant écrit et oralité. Un schéma de la communication d'Eglise. Une communication qui exprime la vérité de l’Eglise et son identité relationnelle.

 

Le contenu.Indiscutablement, il s’agit d’un très beau travail, concentré, documenté et utile que le Père Christophe LEVALOIS apporte comme contribution à l’Eglise. Une analyse d’ensemble d’une question centrale pour la diaconie de l’Eglise, qu’est la communication d’Eglise. Au-delà de tout, il s’agit d’une véritable mise en perspective ecclésiologique et théologique da la diaconie de communication. Y sont abordées les problématiques liées à la communication moderne, ses risques, promesses et dérives, dans le monde global et connecté qui est le nôtre. Mais aussi les travaux chrétiens sur la communication chrétienne, ses méthodes et finalités, avant d’arriver à une interrogation centrale : "Peut-il exister une théologie de la communication, c'est-à-dire une vision théologique sur la communication ?" C’est autour, et à partir de cette interrogation que le Père Christophe entame une tentative de systématisation de la réflexion, dans une perspective orthodoxe, d’une certaine vision théologique de la communication d'Eglise, centrée sur la communion et ses exigences.

 

Communication d’Eglise-Communication du monde. Rapports de force-Rapports de communion. A l’intersection des développements et des interrogations, on retrouve les notions de « personne » et « d’individu ». Deux notions nécessaires pour comprendre les impératifs et spécificités de la « communication d’Eglise » et pour la distinguer de la « communication du monde ». La personne. Un être en « relation ». Une « altérité » ouverte sur son entourage. Une tension qui se soucie des autres. L’individu. Un être en « retrait ». Centré sur ses propres intérêts. Ramenant tout à lui. Plus que jamais, dans le monde tendu, déstructuré et complexe d’aujourd’hui, c’est l’équation de « l’intérêt » qui domine le rapport à l’autre. La société d’aujourd’hui fait triompher l’individu au détriment de la personne, constamment malmenée et mise sous pression. Les dérives de l'individualisme se manifestent de plus en plus dans nos sociétés, ici et , par une déstructuration et une distanciation des liens personnels, familiaux, sociaux et de solidarité. Les crises structurelles dont souffre le monde d'aujourd'hui, en sont une illustration. Crises du sens. Crises de la gouvernance. Crises économiques, financières, politiques, morales et spirituelles. Dans un tel monde, ce sont des schémas de « domination » qui sont déployés, recherchés, poursuivis. Des schémas qui établissent des rapports de « force » au service d’intérêts individuels, sectoriels, corporatistes, parfois conjoncturels, en faveur d'une idée, d'un produit, d'un candidat, d'une situation etc. Dans un tel monde, la communication est un instrument de combat et de conquête, au service de tels schémas. Elle est souvent conçue, dans ce contexte, comme une « arme » pour faire pression, pour « vaincre » plutôt que pour « convaincre ». Elle use de méthodes de pressions multiformes pour « faire » et « défaire » des opinions publiques « de circonstance », au gré des intérêts et des conjonctures. Les « pressions médiatiques » jouent sur le mental tantôt à partir de la réalité, tantôt à partir de la virtualité, souvent en mélangeant les deux registres. Une telle communication « du monde » s'adresse davantage à des individus qu’on cherche à entrainer dans une direction et à mouler dans un moule collectif, plutôt qu'à des personnes qu’on cherche à persuader. Elle cherche davantage à installer des automatismes, de consommation ou autres, plutôt que des choix réfléchis, différenciés et personnels. Le schéma de l’Eglise est radicalement en opposition avec un tel modèle sociétal qui déstructure la personne humaine et s’attaque implicitement aux mécanismes de son discernement. Sa communication ne peut que s’inscrire en faux par rapport à un tel schéma de domination sur le mental et le psychologique. La mission de l’Eglise dans le monde cherche au contraire à édifier la personne humaine et à la « réconcilier » avec elle même et avec son entourage. Elle cherche à respecter sa liberté et à développer son discernement. Elle cherche à la faire évoluer de l’état « naturel », qui est au pêché, à l’état « spirituel », qui est au Christ, selon les paroles de Saint Paul. « Viens et Vois », nous dit l’Evangile. La communication d’Eglise doit rendre « audible » cette interpellation-invitation, dans l’aujourd’hui de l’Eglise. La communication d’Eglise n’est audible que si elle rend compte d’une Eglise qui témoigne dans sa gouvernance, dans son expression et dans son vécu, de l’ecclésiologie de communion qui la fondeA défaut, la communication d’Eglise perd sa saveur, sa spécificité, sa tension, sa raison d’être. Elle s’apparente alors à la communication du monde, s’expose à ses méfaits et à ses dérives. « Prendre soin de l’autre », sonne donc comme un avertissement et une invitation pour que la communication chrétienne soit véritablement une communication d’Eglise fondée sur le schéma de la « communion ». En tout cas, c’est un livre précieux à lire certainement et … pas que par les gens de la "Com" ! Carol Saba

A la Une

Nouvelles de l'Eglise orthodoxe en France

2017-04-10:     Paris, le 10 avril 2017 --- PDF - Les drames terribles qui viennent d'ensanglanter l'Égypte à la veille de la Semaine Sainte, plongent toute...

2017-01-18:   La cérémonie des vœux de l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France aux autorités civiles et religieuses a eu lieu ce mardi 17...

Communiqués AEOF

Nouvelles des Evêques Orthodoxes de France

2010-12-23:         Paris le 22 décembre 2010 ---L'A.E.O.F a tenu sa réunion périodique le mardi 21 décembre 2010 au siège de...

Synaxaire

L'ICÔNE DES SAINTS DU JOUR

Calendrier Liturgique

Calendrier Orthodoxe 2012-2013